Echo 24 : le panel des freelances

Echo 24 : le panel des freelances

vendredi 16 février 2024

Echo 24 fut encore une fois une excellente journée pour nouer des contacts avec des collègues et des clients, et bien sûr pour apprendre quelque chose de nouveau. L'un des débats que nous attendions avec impatience était celui des freelances, parmi lesquels se trouvaient également des freelances membres de BESA.

Le panel de freelances sur la collaboration entre clients et freelances était intéressant mais beaucoup trop court pour discuter en profondeur des différents sujets abordés. C'est dommage, car des points intéressants ont été soulevés et méritent certainement une discussion plus approfondie.

Le débat s'est concentré sur la collaboration entre les clients et les freelances. Les clients peuvent être des sociétés AV qui emploient des freelances techniques, mais aussi des agences qui sont plus susceptibles d'employer des freelances de production. Nous savions déjà qu'il existe deux types de freelances, avec une grande différence entre les freelances techniques et les freelances de production.

Ceci est apparu - involontairement mais avec justesse - dans la configuration de la scène : sur la droite de la scène, nous avons vu le côté des entreprises technologiques et des techniciens freelances (avec nos membres BESA Marijn Broekaert de Splendit et Daan Kerkhof, ingénieur du son freelance, entre autres) et sur la gauche le côté des agences (avec notre membre BESA Birgit Walraet, event manager freelance, entre autres) qui sont les clients de ces entreprises technologiques. Les deux types de freelances travaillent de manière très différente, ce qui s'est reflété dans ce qui s'est dit au cours du panel de freelances.

Communication

Les deux parties ont souligné la nécessité d'une bonne communication préalable, les agences ayant quand même une plus grande confiance dans les freelances qui travaillent pour elles. Après tout, les freelances de production font partie du visage de l'entreprise ou du projet pour lequel ils travaillent vis-à-vis du client final. Cette confiance est donc cruciale. C'est pourquoi les agences travaillent généralement avec un pool de freelances avec lesquels elles entretiennent de bonnes relations et qu'elles utilisent en fonction du projet (et bien sûr de la disponibilité de leur propre personnel). En général, ces freelances sont également impliqués plus tôt dans un projet et pas seulement lors de l'événement lui-même (bien que cela dépende de la tâche spécifique, bien sûr).

Il a également été brièvement mentionné que dans notre secteur, les contrats ne sont presque jamais utilisés, mais que l'on travaille presque exclusivement sur la base de la confiance. Cela rend les freelances vulnérables si, par exemple, un travail pour lequel ils ont été engagés est annulé.

Tarification

Cela nous a immédiatement amenés à une question épineuse : la rémunération des freelances. En collaboration avec l'ACC, nous avons organisé l'année dernière une enquête sur les freelances afin d'examiner les prix pratiqués par ces derniers (bien que nous n'ayons finalement pas été autorisés à publier les résultats : les freelances sont des indépendants et donc des entreprises, un benchmark est considéré comme un exercice de fixation des prix par le gouvernement et c'est interdit). Nous avons donc suivi ce point avec beaucoup d'intérêt.

Dans l'idéal, les freelances ne devraient pas coûter plus cher que leurs propres employés, selon certains. Il va de soi qu'il ne faut pas comparer des pommes avec des citrons et qu'il faut prendre en compte l'ensemble de la situation. Il n'est donc pas valable de comparer les salaires nets des employés avec les factures des freelances. Les coûts tels que les cotisations sociales, les ordinateurs portables, la téléphonie, les voitures de société et les cartes de carburant, la formation, les assurances, etc. sont autant d'éléments que l'entreprise paie en plus du salaire net et que l'on oublie assez facilement lorsqu'on examine la facture d'un freelance. Le freelance inclut ces coûts dans la détermination de son tarif.

Le secteur travaille généralement avec des tarifs journaliers. Les entreprises AV préconisent de travailler avec des tarifs horaires plutôt que journaliers, de sorte que les freelances ne doivent pas être trop payés si l'on n'a besoin d'eux que pour un nombre limité d'heures. Il convient de noter que les freelances techniques doivent quand même être rémunérés correctement : si vous devez vous rendre à Ostende pour 2 heures de démontage, il s'agit de plus de 2 heures, même si vous ne passez que 2 heures à battre des poutrelles ou à charger des camions.

On a fait observer qu'il y a une limite au montant que les clients sont prêts à payer et que le prix des freelances ne doit pas non plus augmenter trop fortement, sinon les entreprises technologiques ne gagneront rien. Il va de soi que ces entreprises doivent gagner leur vie, mais il en va de même pour les freelances qui travaillent pour elles ! Comme tout devient de plus en plus cher, il nous semble logique que les freelances répercutent l'augmentation de leurs coûts sur leurs prix.

L'initiative de la CP 304 visant à rémunérer les freelances travaillant pour des organisations subventionnées à un taux horaire ou journalier minimum a été abordée (nous avions nous-mêmes déjà abordé le sujet ici). L'initiative de la CP 304 visant à rémunérer les freelances travaillant pour des organisations subventionnées à un taux horaire ou journalier minimum a été abordée (nous avions nous-mêmes abordé le sujet). Il s'agit d'un gentleman's agreement, car une convention collective de travail concerne évidemment les accords entre les entreprises et les salariés, ce que ne sont pas les indépendants. Certains freelances (surtout les freelances techniques) travaillent à la fois pour des organisations subventionnées et non subventionnées (lire : événements corporate et grands organisateurs commerciaux) et seront donc en contact avec ces deux types d'organisations. Cette initiative sera donc de toute façon sur la table à un moment ou à un autre.

La tarification horaire au lieu de la tarification journalière est déjà de facto le cas pour la plupart des freelances de production, qui travaillent souvent avec une tarification journalière mais ne facturent que les heures effectivement travaillées (y compris ou non le temps de déplacement). Certains freelances de production travaillent plusieurs jours par semaine pour une agence et facturent donc un tarif journalier, mais il y a aussi des freelances qui ne travaillent que sur la base d'un projet et ne facturent donc pas nécessairement en jours.

Formation

En tant que freelance, vous souhaitez naturellement rester à jour et il est donc dans votre intérêt de vous perfectionner en fonction de votre profil et de votre travail. Pensez au VCA, travail en hauteur, chariot élévateur à fourche, etc... Dans ce contexte, nous voudrions également faire référence au Passeport de sécurité (expliqué à nouveau par Katrien De Troyer du Fonds social pour les arts de la scène lors de Echo 24) et à nos propres cours BESA, qui se tiendront à nouveau ce printemps. Il s'agit d'ailleurs de coûts que vous pouvez intégrer dans vos tarifs en tant que freelance.

Certaines entreprises font suivre à leurs freelances la même formation qu'à leur propre personnel. Pensez à l'équipement technique spécifique utilisé par une société audiovisuelle, dont vous devez connaître les tenants et les aboutissants pour bien faire votre travail. Non seulement cela crée un lien supplémentaire avec ces freelances (à une époque où le marché de l'emploi est tendu, vous voudrez peut-être que ces bons freelances travaillent pour vous plutôt que pour vos concurrents), mais cela vous permet également, en tant qu'entreprise, de savoir que le freelance que vous engagez possède également les compétences adéquates.

Au bout d'une demi-heure, c'était déjà l'heure du panel suivant et nous avons dû conclure. C'est dommage car, comme nous l'avons dit, il aurait été agréable de pouvoir discuter de ces sujets plus en profondeur. Peut-être un sujet immédiat pour une prochaine soirée de BESA.

Autres nouvelles

image
Auvicom fête 50 ans de savoir-faire audiovisuel

11 avril, 2024

La semaine dernière c'était la fête : Auvicom, membre de BESA, a céléb...
image
Pimp your garden grâce à la vente de stocks de Fabula Productions

10 avril, 2024

Maintenant que le soleil printanier est enfin au rendez-vous, il est temps ...
image
ACEG sponsor maillot de l'équipe de première division KRC Genk

9 avril, 2024

Ceux qui ont regardé le match de football de la Pro League KRC Genk - Unio...
image
Le projet belge BattleKart remporte le prix très convoité "AV Project of the Year Award" lors du salon ISE2024

8 avril, 2024

Panasonic est fier d'annoncer que BattleKart, la franchise à succès qui u...
image
Tomorrowland donne le coup d'envoi de son année festive avec une exposition unique

4 avril, 2024

Tomorrowland fête cette année son 20e anniversaire et il est évident qu'...
image
Event Confederation Livestream: “Comment mettre en valeur votre entreprise événementielle en tant qu'employeur attractif”

3 avril, 2024

Nous savions déjà qu'il n'est pas facile de trouver de bons collaborateur...
image
Le FTI Slotfestival à Anvers : un grand succès !

2 avril, 2024

Du 15 au 24 mars 2024, la Flandre a été le théâtre de Flanders Technolo...
image
WICREATIONS a remporté le TPi Green Award

27 mars, 2024

WICREATIONS a remporté le Green Award lors de l'événement annuel de TPi,...